Ice breakers & co

Cessons d’être toujours sur la défensive !

"Anxious man" © Muru Leadership

Parfois, il nous arrive de voir rouge au bureau. Au cours d’une réunion, d’une présentation, d’un séminaire… Immédiatement après – de façon toute naturelle – nous nous plaçons sur la défensive. Or, il n’y a rien de mieux pour inhiber son esprit collaboratif qu’une posture centrée sur l’auto-protection.

C’est le postulat de Jim Tamm, ancien juge et professeur de droit, spécialisé dans la médiation de conflits. Aujourd’hui conseiller en environnements de travail collaboratifs, il a écrit le livre Radical Collaboration qui promeut l’esprit de collaboration dans les entreprises. Pour Jim, quand les soucis pointent dans une situation de travail, les gens peuvent se sentir vulnérables et adoptent naturellement une posture défensive. La pensée alors se rigidifie, la réflexion se bloque. Comment détricoter cette terrible réaction en chaîne ? Comment pouvons-nous en réchapper ? 

Pourquoi se met-on en posture défensive ?

La question mérite d’être posée. Surtout lorsqu’on lit le livre blanc de l’Université de Columbia qui décrit les individus trop défensifs comme étant perçus moins efficaces par leurs managers et ce, sur différents champs de compétences. Parmi celles énoncées, mentionnons notamment : la communication, la flexibilité et la capacité à atteindre ses objectifs. L’addition étant salée, le comportement mérite d’être compris avant d’être contré.

D’où vient ce penchant vers la posture défensive ? Selon Jim Tamm, la posture défensive est une réponse inconsciente à trois grandes modalités de peur qui sont associées à différents ressentis :
– Le ressenti de son importance qui reflète la manière dont nous nous sentons inclus au sein d’un groupe. On parle ici de la peur d’être ignoré, oublié.
– Le ressenti de ses compétences qui renvoie à la manière dont nous nous sentons impliqué dans les décisions, dans les actions d’un groupe. On parle ici de la peur de ne pas se faire comprendre et de se sentir embarrassé.
– Le ressenti de son capital « sympathie » qui reflète la manière dont nous nous sentons aimé par le groupe. On parle alors de la peur de ne pas être aimé, voire même d’être rejeté.

Autrement dit, quand ça bloque, il nous faut agir sur ces ressentis.

Comment vaincre nos peurs et éviter la posture défensive ? 

Nos réflexes de défense sont difficiles à changer, en premier lien parce que nous avons des difficultés à en prendre conscience. D’ailleurs, le premier conseil de Jim Tamm pour éviter ce travers consiste à visualiser ce comportement défensif pour mieux reconnaitre notre capacité à en changer. Une fois identifié cet instant où l’on « prend feu », Jim nous invite à ralentir notre respiration pour nous détendre. Pour accompagner ce travail de sape sur notre état défensif, deux autres leviers intérieurs peuvent être activés.

Le premier est une mise à distance face à nos pensées. Nous avons parfois un esprit critique excessif caché au fond de notre conscience.  Cet esprit peut parfois être toxique, violent. Or, nous pouvons rester tout à fait critiques mais sur un ton plus constructif et positif. Il s’agit simplement de penser calmement à un moyen de surmonter une situation difficile. Le second consiste à ne pas prendre personnellement les difficultés déclenchées par une situation épineuse. Notre capacité à nous attacher  personnellement à un problème – ainsi qu’aux solutions – est extraordinaire et terrible ! Se séparer d’un problème nous donnera plus de souplesse pour le résoudre.

+++++++++

Pour approfondir le sujet, n’hésitez pas à regarder cette intervention de Jim Tamm au TEDx Santa Cruz réalisé il y a quelques années, où il explique plus longuement comment minimiser les comportements défensifs.

Cassio

Cassio est expert des espaces de travail partagés. Il écrit des articles sur le coworking et les différentes formes que peut prendre le travail aujourd'hui et demain.