Histoires de coworkers

Télétravail, nomadisme et collaboration : l’espace de travail post confinement

L'âge d'or des cubicules L'âge d'or des cubicules

Le travail après le confinement : l’étude Morning

Pendant les deux mois de confinement, nous avons lancé une enquête auprès de nos coworkers pour connaître leurs nouvelles habitudes de travail, histoire de prendre la température et d’anticiper leur retour au bureau. 220 d’entre eux ont répondu, et nous avons donc pu enfiler nos blouses d’experts pour analyser les réponses. On vous partage les quelques tendances sorties du microscope.

L’avènement du télétravail :

Le constat est sans appel, 99% des sondés affirment que le télétravail imposé pendant ces deux mois de confinement a bousculé leurs habitudes et modes de travail. Et les télétravailleurs semblaient plutôt satisfait de cette nouvelle situation : 97% d’entre eux se disent favorables à continuer le télétravail depuis chez eux, dont 42% au moins plusieurs fois par semaine.

Néanmoins, si l’expérience s’est avérée plus simple et pratique qu’on ne pouvait le penser au début, le télétravail présente quand même deux inconvénients majeurs :

  • D’abord, l’isolement. Le travail à distance fragilise apparemment les liens de socialisation. 69% des coworkers se sont sentis éloignés des membres de leur équipe, malgré la foultitude d’outils mis à disposition pour travailler à distance pendant cette période. Cet éloignement a eu également un impact direct sur la productivité des équipes : c’est ce qu’ont ressentis 52% des répondants.
  • Ensuite, un manque de matériel. Nous ne sommes pas tous bien armés pour faire face à deux mois de télétravail. Et certains salariés ont dû composer avec ce manque de matériel. 36% des sondés ont donc investis dans du matériel dédié pour accroitre leur efficacité (34% ont acheté un écran, 54% un clavier ou une souris), mais aussi leur confort : 50% des répondants ont déclaré avoir besoin de mobilier ergonomique pour pouvoir travailler dans les meilleures conditions. Pour répondre à ce besoin en matériel, Morning a donc travaillé avec Agora Place, une marketplace de produits reconditionnés pour les professionnels, pour donner un accès exclusif à nos coworkers à cette plateforme. Et ça fonctionne, déjà plus d’une centaine de coworkers ont commandé du matériel informatique.

Le télétravail s’est donc imposé presque totalement pendant cette période. Le bureau de demain en sera très certainement impacté. Il y aura un avant et un après crise pour le bureau. C’est en tout cas ce que pensent 61% des coworkers sondés qui affirment que les espaces de travail seront modifiés à jamais par cette crise.

La fin du bureau ?

Alors va-t-on vers la fin du bureau ? L’espace de travail tel que nous le connaissons sera chamboulé c’est sûr, mais il semble se diriger vers une transformation plutôt qu’une extinction. Si Google, Facebook et Twitter ont annoncé à leurs employés qu’il n’y aura pas de retour au bureau physique avant 2021 au minimum, cette crise a mise en valeur les bienfaits de la sociabilité dans l’environnement de travail. L’homme semble rester un animal social.

Les sondés souhaitent ainsi voir leurs espaces de travail s’adapter à leurs nouvelles habitudes et ainsi devenir des lieux d’échanges et de collaboration. La moitié des sondés souhaitent avoir à l’avenir plus d’espaces collaboratifs dans leurs bureaux. Et 40% des sondés voudraient privilégier les moments de rencontres physiques par des instants de convivialité. Comme le souligne Clément Alteresco, le fondateur de Morning, dans une tribune, « le bureau de demain sera moins un lieu de production, davantage un espace d’expression ».

 

Le renouveau du nomadisme :

L’étude montre également un changement de rapport au lieu de travail, avec une accentuation du nomadisme, une approche plus flexible et moins axée sur le présentiel. Et ce sont les dirigeants qui l’affirment : 40% des dirigeants interrogés souhaitent mettre en place du flex-office (l’absence de bureau attitré sur le lieu de travail). 60% des dirigeants envisagent également de prolonger le télétravail, au moins une fois par semaine. Et enfin, 50% des répondants souhaitent demander à leur hiérarchie des accès nomades à des espaces de coworking.

Le flex-office, le nomadisme et le télétravail occasionnel vont certainement pousser les entreprises à revoir la superficie, l’aménagement, et l’optimisation de leur espace de travail. Alors là encore, Morning a bossé. Fort de notre expérience dans l’aménagement d’espaces de coworking et de travail, nous avons développé un outil de calcul simplissime pour permettre d’estimer, à partir de l’occupation réelle de ses bureaux, les besoins en terme de nombre de postes de travail et de surface. Le calculateur Morning donne en quelques clics un résultat précis sur ce à quoi devrait ressembler le bureau parfaitement adapté à son équipe et à ses modes de travail.

Méthodologie

Sondage réalisé entre le 30 avril et le 10 mai 2020 auprès de 6000 coworkers pour 220 répondants.

 

À lire également : « C’est pas ça le télétravail », la tribune de Clément Alteresco 

Timothée Orlhac

Responsable Content Morning

Timothée s'occupe de mettre en avant l'équipe, les colocs et les partenaires Morning, que ce soit en vidéo ou sur papier !